fbpx

Un long week-end en Bourgogne.

Interprète, descendante de capitaines au long cours, pilleurs d’épaves, armateurs, employés à la Compagnie des Indes, les étoiles s’étaient alignées pour que je taille la route et devienne Travel Planner. Ma marotte ? L’histoire de l’art...

Gretel Van Son

Prolongez vos vacances de quelques jours.

Qui a dit que l’été était fini ? Si on jouait les mauvaises élèves et qu’on prolongeait les vacances ne serait-ce que le temps d’un week-end ? Je ne vous garantis pas le grand frisson, je vous promets plutôt quelques moments de grâce en Bourgogne-Franche-Comté. Bienvenue dans le pays qui a engendré des trésors de notre patrimoine qui vont du sublimissime Alex Corton en passant par le monastère cistercien de Cluny ou la chapelle moderne conçue par Le Corbusier. Si vous êtes curieux de nature, vous vous laisserez happer par ces 9 merveilles.

Si on jouait les mauvaises élèves et qu’on prolongeait les vacances ne serait-ce que le temps d’un week-end ?

Vézelay.

Les inconditionnels de la Grande Vadrouille déambuleront, incrédules, à travers les rues de Vézelay où furent tournées les scènes culte du long métrage. Pendant 42 ans consécutifs le film conserva le record de vues dans l’hexagone ! Comme la troupe séjourna sur place, il n’était pas rare pour les habitants de Vézelay de se trouver nez à nez avec Bourvil ou de Funès.

Par ailleurs le lien qui unit la ville et les pèlerins est séculaire. Cela fait 1000 ans qu’ils convergent vers la basilique Sainte-Marie- Madeleine qui a même reçu la visite de Saint Louis. Afin de faire face à cet afflux de visiteurs, les sous-sols des habitations bourguignonnes ont été aménagés depuis fort longtemps. Comment restituer l’impression qui se dégage de ce chef-d’œuvre de l’art roman revisité par Viollet-Le-Duc ? En pénétrant l’abbatiale, grâce au marbre blanc largement utilisé et les arcs en plein cintre, vous êtes séduit par la sobriété des lieux. En outre vous êtes immanquablement attiré vers le cœur qui concentre la lumière. Pour atteindre ce lieu sacré vous avez dû gravir de nombreuses marches, soit ! Hormis la basilique, vous bénéficierez également de panoramas à couper le souffle sur le Parc Régional du Morvan tout boisé !

Besançon.

 Vous avez dit la plus grande citadelle d’Europe ? Besançon, pardi !

L’architecte du Roi Soleil, Vauban, à qui l’on doit saint-Martin-en-Ré, excellait dans l’art de la fortification. Vous ne résisterez-vous pas au traditionnel tour de remparts, Besançon est aussi inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco ! Saisissez l’occasion pour assister au spectacle multimédia donné le soir sur la place forte qui surplombe la ville à 100 m de haut.

Vous apprendrez que la première pierre de la construction fut posée alors que la ville appartenait à la couronne d’Espagne ; ce n’est que plus tard qu’elle fut annexée au Royaume de France. Ou bien vous en saurez davantage sur les intentions de Louis XIV qui cherchait à défendre son territoire par une ligne de fortifications à l’Est. Si vous êtes accro aux nouvelles technologies, c’est Vauban en personne qui vous guidera sur ce vaste site et qui vous initiera à l’architecture militaire. À titre d’exemple, il vous montrera la poterne, cette petite porte donnant sur le fossé qu’il avait l’habitude d’insérer au sein des remparts.

Abbaye de Fontenay.

L’abbaye de Fontenay au Nord de la Bourgogne. On croirait rêver en apprenant que ce petit bijou cistercien a abrité un atelier industriel au lendemain de la Révolution tant il est bien préservé avec son cloître ou sa salle capitulaire. Peut-être est-ce dû au fait que l’abbaye cistercienne la plus vielle au monde est restée dans les mains de la même famille depuis 1820. A moins que son statut de monument historique qu’elle acquiert en 1862, l’ait également protégée.

Enfin le vallon qui l’entoure y est-il certainement pour quelque chose. Qu’est-ce qui a valu son déclin à Fontenay qui observait  l’ordre de Saint Benoît ? D’une part l’ingérence de l’Etat et, d’autre part les guerres de religion. Pour terminer l’abbaye est agrémentée d’un jardin paysager de 12000 ha dans lequel il fait bon se délasser. D’ailleurs les moines qui furent de grands défricheurs sont à l’origine des vignobles de Bourgogne. Depuis 1981 Fontenay est inscrite au  Patrimoine Mondial de l’Unesco et Jean-Paul Rappeneau y campa les décors de Cyrano de Bergerac !

Dijon.

Vous auriez tort de croire que Dijon se résume à la moutarde ou aux escargots ! La capitale bourguignonne dispose de nombreux attraits à l’image de ses 3 halles vivantes ou de ses restaurants étoilés tels que l’Aspérule sous les ordres du chef Kimura. Par-dessus tout elle s’enorgueillit de son Palais des Ducs et des Etats conçu par Hardouin-Mansart. Si l’ascension ne vous fait pas peur, venez embrasser une vue sur les alentours depuis le sommet de sa tour Philippe le Bon à 46 m au-dessus du sol.

Le Musée des Beaux-Arts occupe l’aile orientale du palais ducal et l’établissement a été dépoussiéré afin de présenter de façon interactive la Seconde Ecole de Paris. Il s’agit des modernes parmi lesquels de Staël, cet artiste de saint Petersburg passionné de musique qui composa des paysages abstraits. À moins que vous ne lui préfériez Da Silva et ses toiles aux perspectives fuyantes. Pour finir, vous y verrez les œuvres de Yan Pei-Ming, un plasticien franco-chinois qui a réalisé des portraits de propagande.  

Cluny.

Cluny, l’abbaye bénédictine pourrait bien être le point d’orgue de votre week-end tant l’art roman a atteint ici son apogée. Ce fut à la fois un haut-lieu religieux et un foyer de réforme. Au départ, il y avait un domaine carolingien puis, un duc d’Aquitaine fonda le monastère en 909. Face à la dérive des pratiques, les moines reprirent ici l’enseignement de Saint Benoît.

En quoi consistait-il ? La liturgie primait sur le travail manuel ou intellectuel, l’élection de l’abbé était libre et l’indépendance vis-à-vis des princes, entière. Bientôt Cluny essaima ses idées dans toute l’Europe. Pour autant l’histoire de Cluny est riche puisque Cluny se mua en un foyer de résistance pendant la Seconde Guerre Mondiale ; l’abbaye était entourée de maquis dans lesquels se cachaient les résistants. Aujourd’hui elle héberge une institution prestigieuse : l’Ecole des Arts et Métiers, ParisTech.  

Belfort.

La terrasse du Lion, ce colosse en marbre rose adossé à la falaise de la citadelle est signé Bartholdi, celui-là même qui réalisa la Statue de la Liberté ! La sculpture vous rappelle bien quelque chose et pour cause. Vous en avez une réplique place Denfert-Rochereau à Paris ! Le Lion de Belfort, pour sa part, n’est pas en cuivre mais sculpté dans la roche et il symbolise la résistance de la place forte de Belfort pendant la guerre franco-prussienne (1870). Grâce à votre smartphone, revivez cette folle aventure comme si vous étiez ! Pour ce qui est du souterrain de Belfort, visible lors des JDP, il fut aménagé par Vauban à l’emplacement d’un fossé médiéval. On le recouvrit d’une toiture et on construisit même un plancher ; dans l’entresol on stockait les munitions. Lieu de camouflage, il pouvait contenir 1200 hommes et cerise sur le gâteau, il était chauffé par 10 cheminées !

NB : Si vous appréciez le travail de Le Corbusier, visitez Notre-Dame-du-Haut-de-Ronchamp, un vaisseau blanc au toit bombé. Une fois à l’intérieur, vous pourriez bien ressentir la même spiritualité qu’à l’intérieur de la Sagrada Familia…

Les Hospices de Beaune.

Bien entendu vous me parlerez des enchères qui se déroulent le troisième dimanche de novembre. La qualité du vin produit sur les 60 km2 s’avère exceptionnelle et le caractère de ses origines encore davantage. Les vignes proviennent de legs et les bénéfices de la vente sont reversés à l’hôpital ! Si vous êtes perdus parmi les appellations, sachez que les Côtes de Beaune sont des blancs secs produits entre Beaune et Santenay et les Côtes de Nuit, des rouges de zone entre Beaune et Dijon.

À quand exactement remontent les Hospices de Beaune ? L’Hôtel-Dieu fut fondé à l’issue de la Guerre de Cent Ans. Vous admirerez les toits vernissés, les façades gothiques, les couleurs chatoyantes ; nous sommes ici en présence de l’architecture civile du Moyen-Age. Le tout est dans un état de conservation parfait. À l’intérieur, ne manquez pas le tableau du Jugement Dernier de van der Weyden

Les vignes proviennent de legs et les bénéfices de la vente sont reversés à l’hôpital !

NB : Envie de voir une construction industrielle insolite ? La saline Royale d’Arc-en-Senans  inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 1982 correspond à une usine à sel. La symétrie de ses 11 bâtiments disposés en arc de cercle est l’œuvre de l’architecte néoclassique Ledoux, qui conçut le mur d’enceinte de Paris dont subsistent de nos jours les portes.

Connexion

[ultimatemember form_id="39601"]